Comment parier sur des cryptomonnaies.

Placements

Comment miser sur les cryptomonnaies

Nouvel actif à la mode, le bitcoin a beaucoup fait parler de lui l’an passé. Alors que les solutions de placements en crypto-actifs se multiplient, nos conseils pour investir sur les devises numériques.

Enquête : Audrey Spy

Comment parier sur des cryptomonnaies.

Selon une note d’analystes de JPMorgan, le bitcoin aurait détrôné l’or en matière de valeur refuge en 2021 ! Les investisseurs professionnels y auraient eu davantage recours l’an passé dans une optique de protection contre l’inflation. Il faut dire que la reine des cryptomonnaies est aujourd’hui considérée comme un placement en tant que tel. « D’après les projections basées sur notre clientèle, il y a, en France, entre 2 et 4 millions d’investisseurs en cryptomonnaies dont au moins 200 000 qui en détiennent pour plus de 5 000 euros », commente Patrick Bucquet, cofondateur du site Coqonut, outil d’aide à la déclaration fiscale des gains en cryptodevises.

Attention, cet engouement ne doit pas vous faire perdre de vue qu’il s’agit d’un actif hautement volatil. Evoluant actuellement autour de 41 500 dollars, le cours du bitcoin a progressé de 70 % sur un an en 2021. Mais il a subi de fortes fluctuations, avec un pic à près de 68 000 dollars en novembre dernier (voir graphique) avant de s’effondrer en fin d’année. En outre, ce nouvel actif est en proie à de nombreuses arnaques (voir encadré, p. 54) et reste très spéculatif. La valeur du bitcoin ne repose sur aucun élément tangible, juste sur le postulat que cette devise numérique va perdurer et se démocratiser.

Pour rappel, elle a été développée en 2009 par un certain Satoshi Nakamoto (pseudonyme derrière lequel se cache le ou les inventeurs) dans le but d’offrir un système de paiement complètement décentralisé. Son protocole informatique reposant sur la cryptographie permet de créer seulement 21 millions de bitcoins, ce qui assure sa rareté. Depuis, la technologie utilisée, baptisée blockchain, a été maintes fois dupliquée pour donner naissance à d’autres cryptomonnaies plus ou moins sérieuses. Il en existe plus de 16 500 en circulation. Binance coin, cardano, ethereum, solana, tether figurent parmi les plus importantes. Ce boom des monnaies virtuelles s’est accompagné l’an passé de l’émergence de tout un écosystème emprunté à la finance traditionnelle (prêt-emprunt de titres, crédit, assurance…). On parle alors de DeFi (pour finance décentralisée).

L’utilisation du bitcoin comme moyen de paiement s’est aussi étendue via Mastercard ou PayPal. Cet adoubement a même été plus loin. « Le développement du réseau Lightning, qui permet d’augmenter les capacités de traitement des transactions sur le bitcoin et d’en réduire le coût, a été l’événement marquant de 2021 tout comme l’adoption par le Salvador du bitcoin comme monnaie officielle, aux côtés du dollar américain », témoigne Pierre Noizat, PDG de Paymium, plate-forme d’échanges sur le bitcoin.

L’univers des crypto-actifs a aussi envahi le monde de l’art ou des jeux en ligne avec l’essor des NFT, ces « jetons non fongibles » qui permettent d’authentifier une œuvre d’art numérique ou tout autre objet en ligne.

Investir en direct

Avant toute transaction, bien choisir la plate-forme

Cet intérêt pour les cryptomonnaies ne doit pas vous faire oublier qu’il s’agit d’un placement très risqué. Avant toute chose, n’investissez que des montants que vous êtes prêt à perdre. Ensuite, commencez par de petites sommes et uniquement sur les cryptomonnaies de référence, comme le bitcoin. Enfin, choisissez bien votre intermédiaire. La méthode la plus répandue pour investir consiste à utiliser une plate-forme d’échanges. Dans ce cas, n’oubliez pas de sécuriser vos crypto-actifs. L’idéal étant de les stocker hors ligne, en transférant par exemple votre clé privée sur un hard wallet, soit une sorte de clé USB (voir infographie).

Le site de données financières Coinmarketcap recense quelque 450 plates-formes actives à travers le monde, proposant l’achat au comptant ou via des produits dérivés. Selon l’étude CryptoCheck réalisée en France auprès de 3 000 crypto-investisseurs, ces derniers utilisent à 80 % la plate-forme chinoise Binance, suivie par la suisse SwissBorg, l’américaine Kraken ou encore sa concurrente Coinbase. Des intermédiaires étrangers qui ne sont pas régulés en France.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) recommande, pour sa part, de passer par l’un des 29 acteurs enregistrés sous le statut de PSAN (prestataire de services sur actifs numériques). « Cet enregistrement permet de vérifier l’honorabilité et la compétence des dirigeants ainsi que, pour certains services, la mise en place d’outils pour lutter contre le blanchiment. Il est obligatoire dès lors que la plate-forme a son siège social ou des installations en France ou si elle s’adresse à une clientèle française par le biais notamment d’opérations de marketing », commente Clément Saudo, adjoint au directeur des affaires juridiques à l’AMF.

Parmi elles, Coinhouse (ex-Maison du Bitcoin) fut la première à s’enregistrer en mars 2020 et continue d’offrir une large gamme de services, même si l’accueil sur place a été remplacé par des téléconseillers. D’autres ont pris le relais en créant des agences physiques, comme Bitcoin Avenue à Caen et le Comptoir des Cybermonnaies à Bordeaux. Mais leurs frais sont bien supérieurs aux plates-formes uniquement digitales (voir notre sélection ci-dessous). Soyez attentif aux services rendus. « La plupart des plates-formes ne fournissent pas de rapport sur les transactions afin de faciliter la déclaration de vos impôts, détaille Patrick Bucquet. Pour un investisseur occasionnel, les gains, dès lors que les montants convertis en euros sont supérieurs à 305 euros, sont en effet soumis au prélèvement forfaitaire unique, soit 30 %. » En outre, sachez que les transactions en cryptomonnaies ne sont, quant à elles, pas régulées ! Il existe pourtant un deuxième niveau de régulation après l’enregistrement. C’est l’agrément PSAN qui, pour le moment, n’a été délivré à aucun acteur.

En attendant un meilleur encadrement des spécialistes des cryptodevises, prévu en 2025 avec la réglementation européenne MICA, vous pouvez vous tourner vers des acteurs traditionnels du trading. Certains courtiers en ligne, tels CMC Markets, eToro ou Saxo Banque, donnent accès aux cryptomonnaies. Mais l’exposition se limite souvent à l’achat ou vente de CFD ( contract for différence). « Depuis cet été, nous proposons Crypto FX, une offre de trading sur bitcoin, ethereum ou litecoin contre euro, dollar… », explique Andrea Tueni, responsable de la relation clients et des activités de marchés de Saxo Banque.

Certains néocourtiers travaillent sur une nouvelle offre. En Allemagne, Trade Republic propose depuis quelques mois l’accès à sept cryptodevises en direct. « Nous voulons offrir ce même service en France avec la possibilité de détenir des cryptomonnaies directement sur un compte-titres et de programmer un investissement régulier dans une optique de détention à long terme », explique Matthias Baccino, directeur général France de Trade Republic. Une prestation, en cours d’enregistrement auprès de l’AMF, qui devrait être accessible courant 2022. Enfin, dernière option, vous pouvez passer par des fin-tech du monde bancaire. Certaines ont décidé de démocratiser l’accès aux crypto-actifs, telle la néobanque britannique Revolut qui offre la possibilité d’acheter des cryptomonnaies, mais pas de les transférer. « L’application Lydia a noué un partenariat avec Bitpanda pour donner accès à des actifs numériques tels que les cryptomonnaies, via des dérivés », complète Giulia Mazzolini, directrice France de la plate-forme Bitpanda.

Investir via des solutions

Débutants ou confirmés peuvent y trouver leur compte

Si le passage d’ordres en direct n’est pas votre tasse de thé, vous pouvez vous tourner vers des intermédiaires qui offrent des solutions clés en main. Nous en avons retenu cinq (voir notre sélection ci-dessous) pour lesquelles les sociétés sont enregistrées en qualité de PSAN auprès de l’AMF. Pour les novices, tournez-vous vers Dux Reserve. Un peu à la manière d’un conseiller en gestion de patrimoine, ce service met à disposition un spécialiste des cryptomonnaies qui vous accompagne de A à Z dans votre investissement grâce à un rendez-vous en visioconférence. Son pack à 299 euros inclut le paramétrage d’un portefeuille, sa sécurisation via un hard wallet (Trezor), puis un suivi trimestriel.

Autre option pour les débutants, investir de manière régulière, à la semaine ou au mois, avec StackinSat. Cette fintech, lancée en 2020, propose une solution simple et efficace pour éviter le market timing. « Notre plan d’épargne en bitcoin permet de lisser les points d’entrée en investissant une somme d’argent à intervalle régulier », explique Jonathan Herscovici, son cofondateur. Les néophytes qui ont du mal à épargner, eux, pourront bientôt utiliser Bitstack, une application d’épargne en bitcoin grâce à l’arrondi de leurs paiements. « Une fois par semaine, tous les paiements effectués via votre carte bancaire seront arrondis à l’euro supérieur, ce montant sera prélevé sur votre compte et converti en bitcoin », détaille Alexandre Roubaud, président de Bitstack. Une application qui devra faire ses preuves. C’est le cas aussi de CryptoSimple qui proposera courant 2022 trois portefeuilles types d’investissements en cryptomonnaie (composés d’une dizaine de devises) en fonction de votre profil.

Enfin, les investisseurs plus aguerris possédant déjà des cryptomonnaies peuvent en tirer des intérêts en utilisant les services de Just Mining. Fondée en 2017, cette société, dédiée initialement au minage (fait d’utiliser la puissance de calcul de serveurs informatiques pour valider les transactions), propose désormais des projets de lending ou de staking et masternodes (utilisation de cryptomonnaies pour valider des transactions). Dans tous les cas, « il s’agit d’immobiliser une quantité de cryptomonnaies en échange d’un intérêt qui peut varier de 5 à 40 % selon les projets et les risques associés » , précise Thibaut Boutrou, directeur des opérations de Just Mining. Une solution réservée aux fins connaisseurs car impossible de savoir à l’avance quelles cryptomonnaies et projets vont perdurer. La perte en capital peut être totale.

Investir via des fonds

Privilégiez les produits grand public

Pour les plus prudents, les fonds restent une solution qui permet de s’exposer indirectement aux crypto-actifs tout en investissant dans un produit financier régulé (voir notre sélection ci-dessous). BNY Mellon a lancé dès 2019 une Sicav dédiée aux valeurs cotées qui peuvent tirer parti de l’essor de la blockchain et des cryptomonnaies.

Auparavant très réticents, les régulateurs commencent à valider des produits entièrement dédiés au bitcoin et à destination des particuliers. En octobre, la SEC, le régulateur américain des marchés financiers, a approuvé le lancement d’un premier ETF (Exchange Traded Fund) sur le bitcoin. Il s’agit de ProShares Bitcoin Strategy ETF qui mise en dollar sur des contrats à terme sur la cryptomonnaie.

En France, l’AMF a autorisé en septembre le lancement de Tobam BTC-Linked and Blockchain Equity Fund. En cours de référencement dans des contrats d’assurance vie, ce fonds investit directement 10 % en bitcoin. Les 90 % restants sont placés dans des actions liées au développement des cryptomonnaies et de la blockchain. Quelques semaines plus tard, Melanion Capital a inauguré Melanion BTC Equities Universe Ucits, un ETF qui réplique la performance d’un indice constitué de trente actions cotées liées aux crypto-actifs.

Des évolutions notables sur les marchés financiers car, jusqu’à présent, seuls des ETP (Exchange Traded Products), en particulier des ETN ( Exchange Traded Notes ) ou des ETC (Exchange Traded Commodities), c’est-à-dire des titres de créances négociés en Bourse, permettaient une exposition à des cryptomonnaies. Une forme de placement complexe réservée aux investisseurs plus avertis ! Une trentaine d’ETP sur les cryptomonnaies sont cotés à Paris d’après les dernières données d’Euronext. Parmi les fournisseurs les plus représentés, on trouve 21Shares, VanEck, ou encore WisdomTree.