Des fonds en euro résistent.

Les fonds en euros font de la résistance

La baisse des rendements prévue pour 2021 est loin d’être systématique. Certains assureurs ont même redoré leur fonds en euros. Le point.

Des fonds en euro résistent.

Rendement moyen des fonds en euros en 2020 : 1,30 %. L’érosion s’est poursuivie l’an dernier, mais à un niveau moins élevé que prévu. Selon nos estimations, le taux moyen 2021 devrait se situer autour de 1,15 % avant prélèvements sociaux, soit sous les 1 % après. Les assureurs auraient-ils senti le vent du boulet, alors que l’inflation galope (2,80 % à fin décembre 2021 en rythme annuel) et que les livrets réglementés reprennent des couleurs à partir de février (voir p. 55) ? Probablement, tant l’attribution des rendements sur les fonds en euros dépend pour partie d’une décision « politique » des compagnies.

L’explication est aussi financière. Les actifs en euros sont, certes, principalement placés dans des obligations, un terrain peu rentable ces dernières années avec des titres d’Etat autour de 0 %. Mais pour une part, minoritaire, les assureurs investissent sur les marchés actions. Après une année boursière faste, ils auront donc pu dégager des plus-values significatives, que certains ont choisi de distribuer aux assurés. Tant mieux !

Il faut maintenant entrer dans le détail pour constater l’éclatement du marché. Quelques rendements 2021 sont en hausse sensible, comme à la MACSF (+ 0,55 %) ou à la SMABTP (+ 0,40 %). « Nous sommes confiants pour tenir un taux de 2 % dans les cinq ans à venir », souligne même la direction de la MACSF. D’autres assureurs ont maintenu la barre égale, comme l’AGPM, l’Afer, Garance, la Maif et la MIF. Et les valeurs sûres sont au rendez-vous, avec de légères baisses, telles l’Asac-Fapès ou la Macif.

Ces éléments rassurants ne doivent toutefois pas tromper l’épargnant. D’abord, à l’heure où nous bouclons ces pages, bien des rendements ne sont pas connus, principalement ceux des grands réseaux bancaires. Sans surprise, ils seront inférieurs aux premiers publiés, bons dans l’ensemble (voir tableau). Il faudra, ensuite, scruter les taux attribués aux anciens contrats, souvent plus bas que ceux en cours de commercialisation et sur lesquels les assureurs ne s’attardent guère. Enfin, il est important de savoir si l’accès au fonds en euros est conditionné à un investissement sur des unités de compte (UC). C’est le cas du contrat Target +, dont le Sécurité Target Euro, fortement placé sur les marchés boursiers et crédité d’un excellent 2,35 % pour 2021, nécessite de verser 40 % sur des fonds risqués. Il en est ainsi dans nombre de contrats, notamment sur le Net. Tandis qu’à la MACSF, le RES Multisupport reste 100 % accessible et a délivré un très correct 2,10 %.

Ce n’est pas tout. La politique de rendements différenciés selon la part d’UC est répandue. Exemple : la Société Générale distribue 0,75 % pour les petits encours sans UC, contre 1,84 % pour les gros encours avec. Le poids des frais d’entrée sur le fonds en euros mériterait aussi de toujours être indiqué pour éclairer le jugement.